Cinémas indépendants : les exploitants exaspérés face aux difficultés d’accès aux copies

 

Le directeur du cinéma parisien Le Balzac en a assez et il le fait savoir : les portes de son établissement resteront fermées pendant une semaine à compter du 21 décembre prochain.

 

Son objectif : sensibiliser l’opinion publique et les professionnels du secteur au problème de l’accès aux copies des films.

 

En effet, celles-ci sont des bien rares et convoités.

 

De fait, les exploitants de salles indépendants rencontrent de vraies difficultés pour programmer des films d’art et d’essai qui constituent pourtant leur programmation « naturelle ».

 

Selon Jean-Jacques Schpoliansky, directeur du Balzac, les responsables seraient les grands du circuit (UGC, Pathé Gaumont) qui exigeraient de la part des distributeurs qu’ils leur assurent un accès privilégiés aux copies des films d'art et d'essai « porteurs ». Le Balzac n’a ainsi pu obtenir copie ni de "Le Havre", de Kaurismaki, ni de "A dangerous method" de David Cronenberg, et ce, en dépit de l’intervention du médiateur du cinéma. "Ils veulent désormais que tous les publics puissent tout voir, explique Schpoliansky. Il faut voir sur quoi l'on m'empêche de travailler ! A dangerous method traite des relations entre Jung et Freud. C'est un film qui correspond parfaitement à ma programmation."


Le problème d'accès des indépendants aux copies est admis de toutes les parties. "Les négociations sont toujours un moment difficile, reconnaît Roxane Arnold, directrice de la distribution pour Pyramide. Ce sont des luttes de pouvoir difficiles, qui ne se font pas dans la camaraderie et les discussions sympathiques." D'autant que les batailles ne font pas qu'opposer les indépendants aux gros exploitants mais se mènent entre chacun des acteurs : à tous les niveaux, la concurrence fait rage.


18/12/2011


Liens :

- Le Balzac

- Le point

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau