CNC: des propositions pour que les "gros" films français aident davantage les "petits"

Le mondeNathaniel Herzberg.

En substance :

Vendredi 6 février, le CNC a rendu public une première série de "conclusions" relative au droit public du cinéma.

Il préconise de :


  1) modifier les règles de financement en faveur des petits films et des films dits "du milieu"  (5 à 7 millions d'euros), mais artistiquement exigeants.


   2) rendre le "soutien automatique producteur plus redistributif". Pour "renforcer la solidarité entre les films à grand succès et les films plus difficiles", le CNC propose un nouveau barème qui avantage fortement les productions ayant réalisé moins de 2 millions d'entrées.

   3) favoriser le producteur délégué, afin de récompenser sa prise de risque artistique et financière. Le groupe des 13 avait pointé une dérive : pour monter son film, le producteur délégué se voit contraint de céder de plus en plus de parts de production (aux coproducteurs, aux chaînes et même aux acteurs). Il perd du même coup le bénéfice de l'essentiel du compte de soutien. Le CNC propose de lui réserver ses versements, jusqu'à 150 000 euros. Au-delà il conserverait au minimum 50 % des sommes générées.

    4) soutenir les auteurs en versant aux producteurs qui investiraient dans l'écriture de projets avant d'avoir rassemblé l'intégralité de leur financement une somme pouvant aller jusqu'à 100 000 euros par an. Quant aux scénaristes eux-mêmes, ils pourraient bénéficier d'une aide forfaitaire (10 000 euros maximum) dans la phase de conception du scénario, un moment où ils n'ont souvent aucun producteur à leurs côtés.

 

   5) augmenter le montant de l'avance sur recettes. Le CNC souhaite accueillir des univers réputés plus grand public (policier, comédie) et donner plus à certains films (jusqu'à 800 000 euros).


Le Club des 13 a salué ces propositions : "l'addition de ces mesures devrait modifier à terme le paysage de la production française et remettre au centre du système le désir du film porté par des auteurs, et un producteur davantage maître des rythmes et des investissements".

 

Julie Mialhe

01/04/2009 23:56

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau