La "désistance" chez les mineurs, où comment mesurer l'absence de récidive

« Trajectoires judiciaires des mineurs et désistance »

article de Sébastien Delarre, Maître de conférence en sociologie

Paru dans INFOSTAT JUSTICE, novembre 2012

 

La « désistance » est définie par l’auteur comme un concept désignant le contraire de la récidive. Elle désigne le « fait qu’après une condamnation, ou tout type de rencontre du délinquant avec la justice, celui-ci ne retourne pas devant la justice ».

Le taux de désistance varie en fonction de l’infraction commise et des mesures adoptées. Ainsi, en matière de vol et de violences, le placement obtient le degré de désistance le plus élevé (autour de 80%).

Dans les affaires de destruction et dégradation, ce sont en revanche les mesures de milieu ouvert et notamment la réparation qui enregistrent le meilleur taux de désistance (80% également).

 

Télécharger cet article de Sébastien Delarre (Université Lille 1).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau