Selon la CEDH, le livre d'Aussaresses évoquant la torture durant la guerre d'Algérie ne doit pas être sanctionné sur le terrain du droit de la presse

 LE LIVRE TEMOIGNAGE D'AUSSARESSES SUR LA GUERRE D'ALGERIE S'INSCRIT DS UN DEBAT D'INTERET GENERAL SINGULIEREMENT IMPORTANT POUR LA MEMOIRE COLLECTIVE

CEDH, affaire Orban, contre France, 15 janvier 2009 relatif à une condamnation pour apologie de crimes de guerre.
Le 3 mai 2001, la société des Editions Plon publia aux éditions Perrin un livre du général Aussaresses intitulé «Services Spéciaux Algérie 1955-1957 »

Selon la Cour, « le témoignage d'un ancien officier de services spéciaux missionnés en Algérie acteur central de conflits directement impliqué dans de telles pratiques dans l'exercice de ses fonctions », alors que la CA de Paris avait à l'inverse, dans son arrêt du 25 avril 2003, estimé que l'objectif de l'auteur de l'ouvrage  avait été de persuader le lecteur du caractère légitime et inévitable de la torture et des exécutions sommaires pratiquées durant la guerre d'Algérie.
Selon la CEDH, la publication d’un témoignage de ce type « contribue à faire comprendre la terrible complexité d’une époque qui continue d’habiter notre présent  » et s’inscrit « indubitablement dans un débat d’intérêt général d’une singulière importance pour la mémoire collective ». « Fort du poids que lui confère le grade de son auteur, devenu général », l'ouvrage, rajoute la Cour, « conforte l’une des thèses en présence et défendue par ce dernier, à savoir que non seulement de telles pratiques avaient cours, mais qui plus est avec l’aval des autorités françaises ». Toujours selon la Cour, « le fait que l’auteur ne prenne pas de distance critique par rapport à ces pratiques atroces et que, au lieu d’exprimer des regrets, il indique avoir agi dans le cadre de la mission qui lui avait été confiée, accomplissant son devoir, est un élément à part entière de ce témoignage ».

Julie Mialhe
23/11/2009
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau